rss mescompetences
Evaluation pédagogique
VAE et VAP

apercu_image

La validation des acquis de l'expérience, ou « VAE 2002 », permet à toute personne de faire valider les acquis de son expérience professionnelle (salariée, non salariée, bénévole), en vue de l'obtention d'une certification : diplômes de l'Éducation nationale et de l'enseignement supérieur, diplômes de la Jeunesse et des Sports, diplômes de l'agriculture, diplômes du secteur sanitaire et social, diplômes des affaires culturelles, diplômes des affaires maritimes, titres professionnels du Ministère du travail, ou de branches professionnelles. Toutes les certifications devraient être accessibles par la VAE à terme.

Peuvent donner lieu à validation, les acquis de l'expérience correspondants aux activités salariées, non salariées ou bénévoles (par exemple, associatives ou syndicales), d'une durée minimum de trois ans. Ces acquis doivent correspondre en tout ou partie aux compétences répertoriées dans le référentiel de la certification visée.

Trois types de décisions peuvent être pris par le jury de validation :

  • la reconnaissance directe du titre, diplôme ou certificat demandé par le candidat ;
  • la reconnaissance sous conditions du titre, diplôme ou certificat demandé par le candidat. Dans cette hypothèse le candidat doit préalablement satisfaire à l'obligation d'acquérir certaines compétences, ce qui en général se traduit par l'obligation de suivre un ou plusieurs modules de formation faisant partie de l'enseignement propre à l'obtention du diplôme visé. La reconnaissance du titre intervenant donc dans un second temps.
  • l'admission du candidat à suivre le cursus conduisant au titre visé dans une année d'étude donnée. Par exemple un candidat sera admis directement en troisième année de licence, à charge pour lui de la réussir pour obtenir le diplôme visé dans les conditions habituelles. Dans cette hypothèse, soit le candidat réussit à être diplômé, soit les choses restent en l'état.

Suivant l'objectif visé, la VAE peut donner lieu à l'obtention d'un CQP, d'un CAP ou d'un BP délivré par l'Education Nationale.

 

La validation des acquis professionnels ou "VAP 85" n'a pas exactement le même but que la VAE. Alors que cette dernière permet d'obtenir un diplôme ou un certificat, la VAP permet de postuler à une formation diplômante et ce, même en l'absence du diplôme prérequis pour y accéder. Elle autorise donc un accès dérogatoire aux différents niveaux de formations de l'enseignement supérieur, par validation des études, des expériences professionnelles ou des acquis personnels.

 

Les outils d'évaluation des compétences professionnelles de REDIP peuvent conduire à une VAE si l'entreprise ou l'apprenant le souhaite. En effet, à la demande d'une entreprise une évaluation d'un candidat peut être effectuée afin de reconnaître les compétences acquises par ce dernier. Ce dispositif facilite la GPEC des entreprises en optimisant la gestion des carrières de ses salariés. Une VAE peut actuellement être réalisée grâce aux outils suivants :

  • ECIA (Industrie Agroalimentaire)
  • EAPP (Plasturgie)
  • PMQ (Industrie Textile)
  • E-evaluation (Industrie Hôtelière)

 

« La VAE comme vecteur de valorisation et de motivation »

 

La Validation des Acquis de l’Expérience (VAE), depuis l’instauration de la loi de modernisation sociale de 2002, connaît un succès certain et est en voie de devenir une pratique complémentaire aux dispositifs antérieurs de formation des adultes.
En effet la VAE sort des sentiers de la formation traditionnelle et répond enfin positivement à la problématique que beaucoup de personnes se posent :
« Je travaille dans le même domaine depuis 10 ans mais je n'ai pas de diplôme. Pourtant, j'ai acquis des savoirs-faire reconnus, des compétences dans mon métier. Je pense que mon expérience a autant de valeur qu'un diplôme. Ya- t-il un moyen de faire reconnaître mon expérience ?"

Car la VAE est bien un moyen pour obtenir un diplôme et faire reconnaître ses compétences.
Pour beaucoup d’employeurs la VAE n’a d’intérêt que pour la personne elle-même, motivée par une volonté de reconnaissance de ses acquis. Or la VAE a aussi un rôle d’intérêt général, un outil de motivation et de valorisation du salarié qui permet à tous d’entrer dans une formule gagnant-gagnant.

Un outil de valorisation des collaborateurs et de motivation…
La Validation des acquis de l’Expérience est avant tout une démarche personnelle de la part du collaborateur recherchant comme motivations pour s’engager dans la démarche :

- La protection : la logique de sauvegarde de son emploi de sécurisation de son parcours professionnel incite à acquérir un diplôme,

- L’insertion différée : dans un contexte économique difficile et d’instabilité dans son emploi, la VAE est vue comme un moyen d’améliorer son employabilité,

- La valorisation : la VAE permet de faire un état des lieux des compétences acquises, développées tout au long d’une expérience personnelle, professionnelle et de formation. Cela permet à la personne engagée dans une démarche VAE de valoriser un parcours et de, par exemple, se sentir mieux dans son poste ou son emploi, voire dans son contexte familial. La logique de valorisation se distingue de la logique de promotion dans le sens où elle paraît plus personnelle et subjective.

- La revanche sur le système scolaire : pour certaines personnes qui ont eu des difficultés avec le système scolaire traditionnel, valider un diplôme leur permet de renouer avec un échec personnel et d’être enfin reconnues par l’institution académique.

La motivation des collaborateurs: un enjeu pour le management

La motivation est un facteur important pour développer la performance et l’efficience de l’entreprise.
Dans ce cadre la VAE permet aussi de « motiver » ses collaborateurs et doit être vue à juste titre comme un véritable « engagement de l’employeur » pour :
- Encourager les collaborateurs dans la démarche et reconnaître leurs compétences ;
- Prendre en compte leurs interrogations sur la sécurisation de leur parcours professionnel ;
- Les amener à prendre conscience de leur valeur ;

- Leur donner confiance et montrer que l’entreprise a aussi confiance en eux…

- Les récompenser par un diplôme.

La VAE est donc un outil qualitatif de stimulation, d’animation et de mobilisation des salariés, très pertinent mais peu utiliser par les entreprises qui ne voient pas forcément son intérêt. Et pourtant…

La VAE a aussi un enjeu pour l’entreprise :
Même si l’approche VAE est une démarche individuelle : ne dit-on pas que la somme des intérêts particuliers développe l’intérêt général. En effet au-delà du côté personnel de la démarche, la VAE produit des bénéfices partagés pour l’entreprise et ses salariés. L’entreprise peut aussi utiliser cette disposition comme un outil de gestion de son capital « compétences » afin de trouver une réponse à ses besoins de qualification et aux problématiques de ressources humaines.

>Tout d’abord la VAE favorise la professionnalisation des salariés et de ce fait le professionnalisme des compétences internes : le recours à un personnel qualifié et certifié contribue à améliorer l'image de l'entreprise auprès de ses clients et est une nécessité en cas de démarche qualité. L'utilisation de la VAE permet ainsi de valoriser et professionnaliser, à la fois, les salariés et les métiers de l'entreprise.
>Comme nous l’avons vu aussi auparavant, la VAE est aussi élément de motivation et donc de fidélisation du personnel ;
> Cette démarche permet aussi pour l’entreprise de mieux connaître les compétences internes. En effet dans son travail de réflexivité le collaborateur doit analyser les activités qu’il effectue au quotidien. Ce travail de fond obligatoire pour le collaborateur peut aussi en même temps servir à l’entreprise pour identifier les compétences du poste dans une volonté de gestion des emplois et compétences.
Afin d’adapter l’organisation aux enjeux de l’entreprise ou d’éviter de perdre des compétences stratégiques, la VAE permet d’établir une cartographie des compétences clés pour l’entreprise et de repérer les qualifications nécessaires à son bon fonctionnement.
>La VAE peut ainsi être mobilisée comme outil visant à faire acquérir un niveau de qualification plus élevé aux salariés identifiés dans le cadre d'un parcours de promotion ou de professionnalisation.
>Face à des difficultés de recrutement externe, l'entreprise peut reprendre le travail effectué en VAE pour favoriser la mobilité interne en faisant évoluer, par la VAE, des profils repérés ;
>De même, pour des secteurs ou entreprises dont l'activité est fragile, engager en amont une démarche de validation pour les salariés facilitera leur éventuel reclassement et valorisera l’image « humaniste » de l’entreprise.
>Enfin la VAE est aussi source d’optimisation de la formation : La VAE peut permettre de réduire les coûts et le temps d'absence de l'entreprise en réduisant les parcours de formation.

L’actualité de la VAE est aujourd’hui celle de la professionnalisation. Du point de vue de l’entreprise la VAE doit être vue comme une ressource nouvelle pour la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Pour le salarié , elle est au cœur de sa gestion de carrière et permet une sécurisation des parcours professionnels. La VAE améliore simultanément : la relation entreprise-salarié et la performance de l’entreprise, tout en aidant chacun à piloter son projet professionnel. Finalement la mise en œuvre d’une démarche VAE est un moyen de produire des bénéfices partagés pour l’entreprise et ses salariés.

Alexandre SIMONET

Les dernières contributions 1 commentaire(s)

  • Sarl Redip Répondre
  • Le 27/07/2012 à 15:20:20

Très bon article issu du groupe de discutions de viadeo \"La place des RH et du Management pour les entreprises du 01\" Merci Alexandre Simonet.


Réagissez à cet article


Connectez-vous à l'aide de votre compte Facebook.
Facebook